La pierre tombale de Louis Biez

La pierre tombale de Louis Biez a été remise en valeur par l’association des 7ïles à l’île aux Moines. L’association Sites et patrimoine de Trégastel la remercie pour cette action de préservation du patrimoine commun.

Longtemps abandonnée cette pierre tombale rappelait la présence de ce garde d’artillerie qui avait également créé une école d’hydrographie.

Artillerie de l’ïle au temps de Louis Biez

La tombe dans son emplacement des années 60 dans l’ancien cimetière des moines

 

CY GIT M.  LOUIS OLIVIER

BIEZ AGE DE 65 ANS EPOUX

DE CATHERINE GARDAIRE

MAITRE HIDROGRAPHE

ET GARDE D’ARTILLERIE

AU FORT DES SEPT ILES

DECEDE LE 17 MARS 1799

REQUIESCAT IN PACE

AMEN

En 1777 Louis Dutertre Biez prend la place de Pidancet avec son épouse Catherine Gardaire de Trégastel  et bientôt ses filles. Eduqué, il créera même une salle d’école dans le fort et utilisera le canot d’attache et la chaloupe pour l’apprentissage maritime. La chaloupe des îles est un gros canot de 8 mètres où peuvent prendre place jusqu’à 24 personnes. Une voile peut également y être montée. S’il n’y a pas encore d’Ecole d’hydrographie dans la région, le sieur Beiz donne des cours aux Sept-Îles pendant l’été aux futurs marins de sa majesté par promotion de 10 élèves.

L’un deux Joseph Raoul de Tréguier laissera son nom à une île du Pacifique découverte en 1793 alors qu’il est embarqué sur la Frégate la Recherche d’Entrecasteaux, précisément à la recherche de La Pérouse

Biez mourra en 1799 laissant une pierre tombale toujours visible dans ce qui fut le cimetière de l’île. Sa veuve assurera le rôle de cantinière des années encore avec un tempérament qui a été noté dans les récits des commandants successifs de l’Île.

La caserne où habitait Louis Biez

Le plan du XVIIIème siècle

La tombe initialement près de la vieille chapelle est aujourd’hui en I (cliquer pour agrandir la carte)

(Photos par courtoisie de Joseph Salembier Hydrographe des 7 îles)